Erreur médicale en question: la charge de la preuve

Deux époux, agissant tant en leur nom personnel qu’au nom de leurs filles mineures, recherchent la responsabilité d’un Centre hospitalier privé, à la suite des graves séquelles dont leur fille, née par césarienne dans cet établissement, dans un état d’hypoxie avancée, demeure atteinte. La cour d’appel de Lyon rejette leur demande en retenant surtout que l’absence de tracé du rythme cardiaque foetal  pendant quelques minutes ne permet pas de connaître l’état foetal pendant cette période, mais que les enregistrements par la suite, d’interprétation particulièrement difficile, révèlent des alternances de ralentissement du rythme cardiaque et des retours à la normale, et que dès lors que le rythme a été considéré comme pathologique, les médecins sont intervenus en pratiquant la césarienne dans un délai particulièrement rapide.
L’arrêt est cassé par la première chambre civile de la Cour de cassation au visa des articles  1315 et 1147 du Code civil.
Selon la haute juridiction, la cour d’appel a inversé la charge de la preuve.
Faute d’enregistrement du rythme foetal pendant plusieurs minutes, il incombe à la clinique d’apporter la preuve qu’au cours de cette période, n’est survenu aucun événement nécessitant l’intervention du médecin obstétricien.
Cass. 1re civ., 13 décembre 2012, n° 11-27347